38 (Copier)

01 (Copier) 02 (Copier) 03 (Copier) 04 (Copier) 05 (Copier) 06 (Copier) 07 (Copier) 08 (Copier) 09 (Copier) 10 (Copier) 11 (Copier) 12 (Copier) 15 (Copier) 16 (Copier) 17 (Copier) 18 (Copier) 19 (Copier) 20 (Copier) 21 (Copier) 22 (Copier) 23 (Copier) 24 (Copier) 25 (Copier) 26 (Copier) 27 (Copier) 28 (Copier) 29 (Copier) 30 (Copier) 31 (Copier) 32 (Copier) 33 (Copier) 34 (Copier) 35 (Copier) 38 (Copier) 39 (Copier) 40 (Copier) 41 (Copier) 42 (Copier) 43 (Copier)

C’est un repaire de potes, un bistrot de copains planqué à l’ombre d’une tranquille église romane. Kir pour Momo, bière pour Pierrot et pastis pour Jeannot : autour du comptoir, les habitués sirotent la vie au fond de leur verre opaque. Les plus bavards taquinent leur voisin : Macron, Juppé, Sarko, on refait le monde en attendant de payer sa tournée.

Mi-café, mi-restaurant, « Chez Gilles » est une institution. À l’ancienne. Avec son comptoir usé par les coudes fatigués, ses tables de café parisiens et sa tapisserie d’époque, certains diront « vintage ». Début du festin à midi pile. Pâté en croûte en guise de mise en bouche, tête de veaux en suivant, et tarte belle maman pour finir. Torchon sur l’épaule, Gilles y sert de tout. Tout sauf des assiettes maigrichonnes. À mille lieux des restos guindés, ici, la table est familiale, chaleureuse, toujours copieuse.

Menacé par la désertification rurale, ce repaire d’hédonistes a bien failli disparaître. Mais c’était compter sans la détermination de Gilles qui, à 50 ans passés s’accroche au zinc. C’est affiché sur le mur, presque tatoué dans son dos. « Leffe toi et marche », Gilles ne connaît pas d’autre slogan.